16 novembre 2007

Aujourd’hui je n’ai rien fait.
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.
Des oiseaux qui n’existent pas ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent ont rencontré leur corps.
Des paroles qui existent ont recouvré leur silence.

Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde,
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau de la balance.

Roberto Juarroz

4 commentaires:

hellohlala a dit…

hello (attention, com' amical, hein)
Tous les poétes que tu cites, ça fait un paquet, (Et "En passant" en +) c'est des livres que tu lis ? (ou tu as une anthologie de citations sous ton bureau ?)

La p'tite Grenouille a dit…

@ hellohlala : hellotoi, je me disais que tu étais peut-être parti vers les grands espaces du Morvan et te voici!
Je lis, oui ! Je glane de-ci, de-là.
Certains qui passent par là m'en envoient aussi ;-))
Pas d'anthologie sous le bureau !

hellohlala a dit…

Ben non j'suis là (enfin à Paris) puis qu'il n'y a pas de train (et que je n'ai pas le perm..., enfin, ce que tu sais :=)
Ca fait paisir de constater que des gens lisent (chez lez bloggeurs).
On devrait se faire un dîner un soir. Non ? (mais Ladanseuse très absente en décembre). Et toi ?

La p'tite Grenouille a dit…

@ hellohlala : Avec plaisir pour le dîner ! Dès qu'on peut à nouveau circuler librement ? Des bises.